< tous nos articles
Date de publication :
20
.
06
.
21

COVID-19 : Nettoyage et désinfection de surfaces

Ce document vise à présenter l’état des connaissances sur le nettoyage et la désinfection de surfaces dans l’environnement intérieur et extérieur, plus précisément en milieu résidentiel et dans les lieux publics excluant les établissements de santé et les autres milieux de soins, sur les problèmes de santé associés aux nettoyants et aux désinfectants et sur la « mise en quarantaine » des objets proposée. Les informations résumées dans cette fiche sont basées sur une revue non systématique de la littérature grise et scientifique. Les éléments en jaune désignent les mises à jour majeures à la date indiquée, sur la base des informations de la littérature grise en date du 26 avril 2021.

Persistance du virus SRAS-CoV-2 sur les surfaces et transmission par les fomites

La détection et la persistance du virus sur les surfaces et les objets inanimés

En conditions réelles, le virus SRAS‑CoV‑2, ou son matériel génétique (ARN), a été détecté sur les surfaces dans plusieurs études réalisées en milieu de soins ou dans la communauté. Elles rapportent en général que l’environnement est davantage contaminé à proximité des personnes infectées et sur les surfaces fréquemment touchées par ces dernières. Cependant, aucune équipe de chercheurs n’est parvenue à cultiver le virus présent sur les surfaces en situation non expérimentale.

Selon les types de surfaces investiguées, différents auteurs ont rapporté un délai variable de quelques heures à quelques jours durant lequel le virus était cultivable en conditions de laboratoire. Ce délai était plus long sur l’acier inoxydable (48 heures) ou le plastique (72 heures), et moins long sur le carton (24 heures) ou le cuivre – 4 heures. Chin et al. (2020) font état d’une détection jusqu’à une période de 3 heures à la suite de l’inoculation sur des surfaces plus rugueuses, comme du papier et des tissus, et de 7 jours sur des surfaces lisses telles que le plastique ou l’acier. Le virus était cultivable moins de 24 heures sur des billets de banque et des vêtements. Pour leur part, Liu et al. (2020) ont rapporté que le SRAS‑CoV‑2 était cultivable pendant 7 jours sur le plastique, l’acier inoxydable, le verre, la céramique, le bois, les gants en latex et les masques chirurgicaux, mais qu’aucun virus n’a pu être cultivé sur des vêtements en coton après 4 jours et sur du papier après 5 jours. Ainsi, de façon générale, en laboratoire, le virus semble persister plus longtemps sur les surfaces lisses que sur les surfaces poreuses. Il faut noter que les conditions expérimentales préconisées par les auteurs précédemment cités sont, la plupart du temps, plus favorables à la persistance du virus que les conditions de terrain, qui n’ont pas permis de cultiver le virus.

La préservation du virus sur les surfaces dépend de plusieurs facteurs, dont les conditions environnementales comme la température et l’humidité relative. En milieu extérieur, elle est également altérée par la vitesse du vent, la présence de précipitations et l’intensité des rayons ultraviolets – UV. Au regard des UV, des expérimentations réalisées en laboratoire ont indiqué que le taux d’inactivation moyen du virus SRAS‑CoV‑2 dans les aérosols serait très rapide en présence de la lumière solaire, avec une demi-vie de moins de 6 minutes et 90 % du virus inactivé en moins de 20 minutes à diverses intensités de lumière solaire. L’efficacité du rayonnement UVC a également été démontrée pour inactiver le SRAS‑CoV‑2 dans une préparation virale en suspension.

La transmission du virus par contact avec les surfaces et les objets inanimés

À ce jour, peu d’études épidémiologiques indiquent que les fomites constitueraient un mode de transmission de la COVID‑19. Les devis nécessaires pour démontrer ce lien sont complexes, notamment parce qu’il est difficile d’exclure complètement les autres voies de transmission possibles. Par ailleurs, une étude expérimentale effectuée sur des hamsters a établi qu’une transmission du SRAS‑CoV‑2 par l’intermédiaire des surfaces contaminées était possible chez cet animal. Quoiqu’aucun cas de transmission humaine clairement et spécifiquement attribuable au contact avec les fomites n’ait été noté dans la littérature, l’Organisation mondiale de la Santé – OMS ainsi que certaines revues de la littérature scientifique ont conclu que ce mode de transmission demeure possible. Quant aux Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ils estiment que le risque de transmission du SRAS-CoV-2 lié aux fomites est faible.

Mesures de prévention et de contrôle

Les mesures de prévention et de contrôle généralement recommandées dans le cadre de la pandémie, telles la minimisation des contacts, la distanciation physique, l’hygiène des mains, l’application de l’étiquette respiratoire et le port du masque sont considérées comme primordiales pour diminuer le risque de contracter le SRAS‑CoV‑2. De plus, réduire le désordre et retirer les objets non essentiels difficiles à nettoyer facilitent le nettoyage.

Le nettoyage et la désinfection

- Les méthodes de nettoyage humides (ex. : linges humides propres ou vadrouille mouillée) sont préférables aux méthodes sèches (époussetage et balayage), puisqu’elles sont moins susceptibles de remettre en suspension des aérosols infectieux dans l’air.

-Les nettoyants et les désinfectants habituellement trouvés sur le marché et approuvés par Santé Canada sont efficaces contre le virus causant la COVID‑19.

- Il est important de toujours suivre les instructions du fabricant pour l’utilisation de ces produits et de ne pas mélanger différents produits, car de telles solutions peuvent générer des émanations très irritantes et toxiques. De plus, il est important de s’assurer que le produit entre en contact suffisamment longtemps avec la surface à désinfecter. Ce temps de contact est habituellement précisé par le fabricant des produits.

- Les surfaces les plus fréquemment touchées (ex. : poignées de porte, accoudoirs de chaise, tables, interrupteurs de lumière, manettes de contrôle d’équipements électroniques, robinets d’eau, boutons d’ascenseur, rampes d’escalier, toilettes, etc.) sont plus susceptibles d’être contaminées par le SRAS‑CoV‑2. Une attention particulière doit donc être portée à la fréquence et à la rigueur de l’efficacité de leur nettoyage et de leur désinfection, au besoin.

- Pour les surfaces poreuses, tels les tapis et les rideaux, il convient d’éliminer toute contamination visible lorsqu’elle est présente en utilisant les nettoyants appropriés indiqués pour une utilisation sur ces surfaces. Après le nettoyage, si les articles peuvent être lavés, il est recommandé de procéder conformément aux instructions du fabricant en utilisant, si possible, la température de l’eau maximale recommandée pour ces articles, puis de les faire sécher complètement par la suite.

Problèmes de santé associés aux nettoyants et aux désinfectants

Entre les mois de mars et de juin 2020, une augmentation notable des appels téléphoniques adressés aux centres antipoison canadiens concernant l’exposition à des désinfectants pour les surfaces et pour les mains (ex. : eau de Javel, chlore/chloramine gazeux) a été constatée en comparaison avec la même période en 2019. L’augmentation rapide des appels dans la troisième semaine de mars 2020 coïncide avec la déclaration de l’OMS concernant la situation internationale de pandémie et est cohérente avec des résultats recueillis aux États-Unis. En effet, les données recueillies dans 55 centres antipoison américains ont également montré un accroissement important d’appels en relation avec les produits nettoyants et les désinfectants de janvier à mars 2020 par rapport à la même période en 2019 (20,4 %), et le nombre de cas a principalement augmenté au mois de mars 2020. Les solutions d’eau de Javel diluées (62,1 %) et les désinfectants non alcoolisés pour les mains (36,7 %) étaient les principales causes de cette hausse. Les cas d’exposition par inhalation ont particulièrement augmenté, autant pour les produits nettoyants (35,3 %) que pour l’ensemble des désinfectants – 108,8 %.

Toujours aux États-Unis, une étude récente pourrait expliquer en partie ces augmentations. Une enquête sur les connaissances et les comportements des citoyens concernant le nettoyage et la désinfection en relation avec la pandémie de COVID‑19 a montré que le tiers des répondants avaient des comportements à risque tels que nettoyer les produits d’épicerie avec de l’eau de Javel, appliquer des désinfectants non conçus à cet effet sur la peau ou encore inhaler ou ingérer intentionnellement des produits nettoyants ou désinfectants. Les auteurs ont conclu à un besoin de bien informer les citoyens sur les pratiques de nettoyage et de désinfection sécuritaires.

L’usage, particulièrement lorsqu’il est inadéquat, de produits nettoyants et de désinfectants peut causer des problèmes de santé aigus. Il faut noter par exemple le mélange d’eau de Javel avec d’autres produits à base d’ammoniac ou avec des acides. Dans le premier cas, un tel mélange peut produire des chloramines sous forme gazeuse, qui peuvent causer des effets respiratoires chez les personnes exposées (souffle court; respiration sifflante; irritation des yeux, de la gorge et du nez; etc.). Dans le second cas, c’est plutôt du chlore gazeux qui peut être produit avec des conséquences respiratoires similaires.

Concernant la possibilité de manifestation de problèmes de santé chroniques, des données épidémiologiques montrent une association entre l’utilisation de produits nettoyants et de désinfectants au travail ainsi qu’à la maison  et le développement ainsi que l’exacerbation de l’asthme. Une étude internationale a également établi une relation entre l’utilisation de vaporisateurs de produits nettoyants à la maison et l’incidence de l’asthme chez les adultes.

Le nettoyage et la désinfection au besoin des objets et des surfaces fréquemment touchés sont des mesures de prévention et de contrôle recommandées et nécessaires dans la lutte contre la COVID‑19. Néanmoins, considérant l’augmentation des effets aigus en relation avec l’exposition aux produits nettoyants et aux désinfectants constatée au Canada et aux États-Unis au printemps 2020 et la démonstration d’une possible utilisation inadéquate de ces produits, il y a lieu d’insister sur leur utilisation sécuritaire. Il importe notamment de suivre les instructions du fabricant et d’éviter de mélanger les produits, de respecter les mesures de protection et de maintenir les produits nettoyants et de désinfection hors de la portée des enfants. Les personnes plus vulnérables aux effets de ces produits (ex. : les personnes asthmatiques) pourraient vouloir prendre des mesures de protection supplémentaires telles qu’éviter l’usage de ces produits ou les utiliser seulement lorsque cela est nécessaire, se tenir dans une autre pièce lors de leur utilisation et choisir les produits les moins à risque possible. Ainsi, le travail accompli pourra permettre de diminuer les risques en lien avec l’exposition au virus tout en prévenant ceux associés aux produits de nettoyage et de désinfection.

Méthode de nettoyage et de désinfection

- Il faut utiliser des essuie-tout ou des serviettes propres pour le nettoyage.

- Comme le désinfectant est moins performant en présence de souillures, nettoyer au préalable la surface avec de l’eau et du savon ou un détergent pour éliminer tous les débris et les taches; rincer à l’eau claire et essuyer avec une serviette propre; appliquer le désinfectant au besoin; laisser la solution désinfectante agir quelques minutes (selon les directives du fabricant) avant d’essuyer toute trace de produit à l’aide d’un linge propre. Après avoir désinfecté avec une solution d’eau de Javel diluée, rincer toute surface pouvant être en contact avec de la nourriture ou tout objet pouvant être porté à la bouche ou aux yeux. Commencer le nettoyage dans les zones plus propres et terminer avec les zones plus sales. Toutes les surfaces fréquemment touchées doivent être nettoyées régulièrement.

- Les appareils électroniques, tels les claviers d’ordinateur, les tablettes et les téléphones cellulaires, peuvent être désinfectés avec des lingettes du commerce préimbibées d’alcool (au moins tous les jours), ou il faut suivre les recommandations du fabricant pour les produits de nettoyage et de désinfection compatibles avec l’appareil.

- Dans les lieux publics intérieurs, les surfaces qui sont fréquemment touchées devraient être nettoyées au moins une fois par jour et, si possible, plus fréquemment en fonction de l’intensité de leur utilisation. Elles devraient aussi être nettoyées dès qu’elles sont visiblement souillées. Le nettoyage des surfaces est particulièrement important dans les aires communes comme les salles de bain et les cuisines. Il n’est pas nécessaire de désinfecter systématiquement suivant le nettoyage, sauf en cas de situation particulière – voir le point suivant. En éliminant les saletés et les impuretés, il est considéré qu’un nettoyage permet d’éliminer 90 % des microorganismes présents sur les surfaces. Le nettoyage est d’ailleurs considéré comme l’étape la plus importante du processus complet d’élimination des agents pathogènes.

- Une désinfection doit être effectuée lorsqu’une personne atteinte de la COVID-19 ou présentant des symptômes compatibles avec la maladie a séjourné dans une pièce – voir la section Méthode de nettoyage et de désinfection des objets et des surfaces inanimés dans les lieux où des personnes infectées ont séjourné. Pour ce faire, il est recommandé d’utiliser des désinfectants portant un numéro d’identification de médicament – DIN). Kampf et al. (2020) ont montré que des solutions d’eau de Javel – hypochlorite de sodium – diluée (de 0,1 % à 0,5 %), d’éthanol (de 62 % à 71 %) ou encore du peroxyde d’hydrogène (0,5 %) étaient très efficaces pour la désinfection des surfaces contaminées par des coronavirus. La méthode de préparation d’une solution diluée d’eau de Javel à 0,1 % à partir d’une eau de Javel de base à usage domestique ayant une concentration de 5 % est d’une partie d’eau de Javel pour 50 parties d’eau. Cette concentration est jugée adéquate pour la désinfection des surfaces dures (non poreuses). Le temps de contact minimum recommandé est de 1 minute. Cette solution doit être préparée quotidiennement et, comme pour tous les produits nettoyants et de désinfection, rangée de façon sécuritaire hors de la portée des enfants.

- Les milieux qui appliquaient avant la pandémie des procédures de nettoyage et de désinfection (ex. : abattoirs) doivent continuer à le faire pendant cette période.

- Les objets et le matériel partagés doivent être réservés à un seul groupe (regrouper les objets et le matériel par cohorte) pour permettre de les nettoyer une seule fois par jour. S’il n’est pas possible de réserver les objets et le matériel pour un seul groupe, il est suggéré, comme dans le document de l’INSPQ sur les, de les nettoyer entre chaque groupe d’utilisateurs. Cette recommandation s’applique en milieu de garde, en milieu scolaire et en milieu de travail, excluant les milieux de soins.

- Il faut éviter si possible l’utilisation de vaporisateurs afin de limiter la formation d’aérosols de produits désinfectants pouvant être inhalés, et ainsi irriter les voies respiratoires et causer des problèmes respiratoires. Toutefois, si un vaporisateur est utilisé, le régler afin d’avoir un jet à grosses gouttes.

Mesures de protection appropriées pour procéder au nettoyage et à la désinfection

- Porter des gants imperméables pour protéger les mains lors du nettoyage.

- Effectuer le lavage des mains avant et après le port de gants. Se laver les mains avec de l’eau et du savon (minimalement 20 secondes) lorsque les gants sont retirés.

- S’assurer de ventiler la pièce adéquatement lors de l’opération de nettoyage et de désinfection.

- Après le nettoyage et la désinfection, laver les gants qui sont lavables soigneusement avec de l’eau et du détergent puis les sécher, ou encore les jeter et les remplacer par une nouvelle paire au besoin.

- Une fois les opérations de nettoyage et de désinfection complétées, retirer l’équipement de protection personnelle non jetable utilisé, s’il y a lieu, et le laver.

- Porter un appareil de protection respiratoire lorsque que cela est indiqué et comme spécifié dans les directives du fabricant des produits.

Méthode de nettoyage et de désinfection des objets et des surfaces inanimés dans les lieux où des personnes infectées ont séjourné

Pour les zones où des personnes infectées ont séjourné pendant plusieurs heures, les procédures de nettoyage doivent être optimisées. Il est suggéré de nettoyer et de désinfecter les lieux, particulièrement les objets et les surfaces touchés par les personnes infectées. Il est possible d’utiliser les produits nettoyants et les désinfectants usuels pour effectuer ces tâches.

« Les données expérimentales et épidémiologiques disponibles soutiennent une transmission par aérosols à proximité, c’est-à-dire à moins de 2 mètres. Le risque de transmission du SRAS‑CoV‑2 est augmenté dans des espaces restreints, ventilés de façon inadéquate, à forte densité d’occupants et lorsque la durée d’exposition est prolongée. Les données démontrent que la transmission lors de contacts rapprochés demeure la principale voie de transmission impliquée. Toutefois, elles suggèrent aussi qu’une transmission par aérosols à distance pourrait survenir. La distance maximale demeure imprécise, mais il est peu probable que ce soit au-delà de quelques mètres. ». À l’heure actuelle, la communauté scientifique ne peut déterminer avec exactitude la durée réelle de persistance du virus dans l’air ambiant. Il a toutefois été observé dans une situation expérimentale que la demi-vie médiane du SRAS‑CoV‑2 dans les aérosols était approximativement de 1 heure. Aussi, considérant que les recommandations de ce document s’adressent principalement aux milieux résidentiels, communautaires ou de travail (excluant les milieux de soins) où l’état clinique de la personne infectée et l’état de la ventilation des lieux sont souvent inconnus, que les mesures de désinfection y sont possiblement moins rigoureuses qu’en milieu de soins et que les équipements de protection individuelle sont souvent peu ou pas disponibles, il est recommandé de fermer, autant que possible, les zones utilisées par les personnes infectées et d’attendre une heure (par précaution) avant de commencer le nettoyage et la désinfection. Si possible, optimiser l’apport d’air frais par le système de ventilation mécanisée ou ouvrir les fenêtres extérieures pour augmenter la circulation de l’air dans la zone concernée. Cette période d’attente permettra également de favoriser l’inactivation graduelle du virus sur les surfaces.

Pour les surfaces dures ou non poreuses, les produits nettoyants et désinfectants usuels peuvent être utilisés pour effectuer les tâches de nettoyage. Laisser le produit désinfectant en contact avec les surfaces ou les objets suffisamment longtemps pour inactiver le virus (vérifier les spécifications du fabricant à cet égard).

Pour les surfaces poreuses, telles les tapis et les rideaux, éliminer toute contamination visible lorsqu’elle est présente en nettoyant avec les produits appropriés pour une utilisation sur ces surfaces. Après le nettoyage, si les articles peuvent être lavés, les laver conformément aux instructions du fabricant en utilisant, si possible, la température maximale de l’eau appropriée pour ces articles, puis les faire sécher complètement par la suite.

Les vêtements et les autres articles qui vont à la buanderie pourront être lavés en utilisant, si possible, la température maximale de l’eau prescrite pour ces articles. Placer le linge souillé (ex. : draps, serviettes, vêtements) dans un sac en tissu ou en plastique pour l’acheminer à la buanderie. Éviter de secouer le linge ou le contenant au moment de placer le linge dans la laveuse. Éviter tout contact de la peau ou des vêtements avec ce linge contaminé. Le linge peut toutefois être lavé avec celui des autres membres de la maisonnée ou du lieu concerné, en utilisant un savon à lessive habituel. Toutefois, si les vêtements sont très souillés (ex. : vomissures), ils doivent être nettoyés au préalable ou, encore, lavés séparément.

La vaisselle et les ustensiles de la personne infectée peuvent être lavés comme cela se fait usuellement, après usage, avec de l’eau et du savon. L’utilisation d’un lave-vaisselle convient également.

Les mouchoirs de papier et le matériel jetable utilisés par la personne infectée doivent être jetés dans une corbeille à déchets munie d’un sac et idéalement d’un couvercle. Fermer le sac avant de le déposer dans le contenant utilisé lors de la collecte régulière des ordures.

Nettoyage et désinfection en milieu extérieur

Comme précisé dans la publication COVID‑19 : Environnement extérieur, la transmission du SRAS‑CoV‑2 par les objets et les surfaces inanimés contaminés (fomites) est considérée comme possible, bien que les preuves épidémiologiques demeurent limitées. Dans l’environnement extérieur, la présence du SRAS‑CoV‑2 sur les objets et les surfaces peut être altérée par divers facteurs (ex. : rayonnements solaires, vents, précipitations, température, humidité, etc.). « Afin de réduire le risque de transmission par les fomites, les diverses surfaces du mobilier urbain peuvent être nettoyées comme cela est fait usuellement et ne nécessitent habituellement pas de désinfection.

L’utilisation de désinfectants sous forme d’aérosol (brumisation, fumigation) dans les espaces extérieurs (ex. : rues, places du marché) n’est pas recommandée dans le contexte de la COVID‑19. Ce procédé n’a pas démontré son efficacité pour réduire le risque d’infection et n’est pas sans risque pour l’environnement et le personnel effectuant ces travaux. En effet, certains produits utilisés peuvent provoquer des effets irritatifs des voies respiratoires.

Au regard des opérations de nettoyage en lien avec les activités récréatives intérieures et extérieures, se référer aux directives ou aux recommandations formulées par les organisations reconnues.

Mise en quarantaine des articles qui ne sont pas nettoyables ou désinfectables partagés entre les groupes

Le partage d’objets entre les groupes devrait être limité le plus possible en contexte de pandémie, surtout pour tous les objets qui sont en contact avec le visage ou la tête.

Si le partage entre les groupes ne peut être évité, il peut être recommandé de retirer ou d’entreposer (mise en quarantaine) les matériaux partagés qui ne sont pas nettoyables et désinfectables – voir la figure 1.

Certaines situations rendent nécessaires ou non l’application d’une quarantaine, pour tous les paliers d’alerte ou seulement en zone rouge. Les recommandations proposées pour ces divers cas de figure sont décrites plus bas (voir la figure 1).

Différents facteurs peuvent influencer ces recommandations : le risque que des personnes infectées, symptomatiques ou non, soient présentes; le risque qu’il y ait contamination des objets par des sécrétions respiratoires (principal véhicule d’émission); la quantité de personnes potentiellement en contact avec l’objet, leur statut vaccinal et la capacité de respecter les mesures d’hygiène recommandées; pour n’en nommer que quelques-uns.

En conditions expérimentales, le délai pendant lequel le virus demeure cultivable est variable selon le type de matériel de l’objet ou de la surface. Par ailleurs, les objets peuvent être composés de différents matériaux. Afin de tenir compte des divers types de matériaux sur lesquels le virus a une demi-vie un peu plus longue, par exemple le plastique par rapport au papier ou aux vêtements, il est généralement suggéré que la durée minimale de la quarantaine soit de 24 heures, lorsqu’elle s’applique (voir plus bas et la figure 1).

Pour les vêtements utilisés dans les salles d’essayage des magasins, une période minimale de quarantaine de 3 heures pourrait être appliquée lorsque cela est indiqué (figure 1). La courte demi-vie du virus sur ce matériel, la brève durée de contact de la personne avec le tissu et l’effet protecteur des autres mesures d’hygiène appliquées (lavage des mains avant et après l’essayage, port du masque, nettoyage régulier de la salle d’essayage) peuvent justifier cette période de quarantaine plus courte de 3 heures.

Figure 1 - Mise en quarantaine suggérée pour les objets qui ne sont pas nettoyables et désinfectables partagés entre les groupes***, excluant les milieux de soins

* Pour les objets en contact avec un cas confirmé, la notion de groupe ne s’applique pas.
**  Le prêt d’équipement sportif en milieu de garde ou scolaire pourrait être autorisé si une personne peut s’assurer du respect des consignes de lavage des mains par les enfants avant et après qu’ils aient manipulé les équipements.
*** Pour les vêtements utilisés dans les salles d’essayage des magasins, une période minimale de quarantaine de 3 heures peut être appliquée.

Objets touchés par un cas confirmé de COVID‑19 ou dans un milieu en éclosion qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés

Pour les objets touchés par un cas confirmé de COVID‑19 ou dans un milieu en éclosion qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés, une quarantaine d’une durée minimale de 24 heures devrait s’appliquer, et ce, peu importe le palier d’alerte régional. Une alternative pourrait être l’utilisation d’une machine à vapeur (selon les recommandations du fabricant, 5 minutes avec une vapeur à 70 °C et 1 minute avec une vapeur à 100 °C). Pour les articles des personnes décédées de la COVID‑19, consulter la publication Mesures de prévention et de protection pour les entreprises de services funéraires de l’INSPQ.

Objets en milieu scolaire ou de garde qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés et qui sont partagés entre les groupes

Il serait préférable de continuer à appliquer une période de quarantaine d’une durée minimale de 24 heures dans les milieux scolaires et de garde en zone rouge, étant donné les défis associés au respect des mesures d’hygiène, comme le lavage des mains, par les enfants ainsi que les incertitudes persistantes sur le rôle des enfants dans la transmission de l’infection. La quarantaine ne s’applique pas aux autres paliers d’alerte. Cependant, pour le prêt d’équipement sportif dans ces milieux, considérant les bénéfices de la pratique d’activités sportives chez les jeunes, si une personne peut superviser le lavage des mains chez les enfants avant et après la manipulation de l’équipement, le prêt pourrait se faire sans quarantaine si cette dernière est trop contraignante en raison, entre autres, de la quantité de matériel disponible.

Objets en contact avec le visage ou la tête qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés et qui sont partagés entre les groupes

Pour ce qui est du partage d’objets ou de vêtements en contact avec le visage ou la tête, il y aurait lieu d’appliquer une période de quarantaine minimale de 24 heures. Le fait d’appliquer cette mesure en zone rouge uniquement, où la transmission communautaire est bien établie, semble raisonnable.

Objets manipulés uniquement avec les mains qui ne peuvent pas être nettoyés et désinfectés et qui sont partagés entre les groupes

Pour tous les objets fabriqués avec divers matériaux non lavables et manipulés uniquement avec les mains dans un milieu où seuls des adultes sont présents, il pourrait être envisageable de ne pas effectuer de quarantaine, et ce, à tous les paliers d’alerte. Il faudrait alors être en mesure de s’assurer que les bonnes pratiques d’hygiène des mains sont appliquées en tout temps.

Lexique

Aérosols : Ce sont des particules en suspension dans l’air dont le mouvement est gouverné principalement par leur taille. Elles sont généralement inférieures à 100 microgrammes (µm) et sont potentiellement inhalables. Traditionnellement, ces particules étaient appelées gouttelettes lorsqu’elles étaient supérieures à 5 µm. Elles peuvent être classées selon le site anatomique où elles se déposent dans les voies respiratoires :
- les particules nasopharyngiennes, qui se déposent dans le nez ou la gorge, ≤ 100 µm;
- les particules trachéobronchiques, qui se déposent dans les bronches, ≤ 15 µm;
- les particules alvéolaires, qui se rendent jusqu’aux alvéoles pulmonaires, ≤ 5 µm (traditionnellement appelées noyaux de gouttelettes ou microgouttelettes).

Cultivable : Il s’agit de la capacité des virus à se reproduire sur des cultures cellulaires appropriées dans des conditions adéquates. Le fait qu’un virus soit cultivable ne signifie pas que celui-ci possède un pouvoir infectieux.

Désinfection des surfaces : Elle se fait en utilisant des produits chimiques pour détruire les microorganismes restants sur une surface après le nettoyage, ce qui réduit encore davantage le risque de propagation de l’infection.

Fomites : Il s’agit de surfaces et d’objets inanimés.

Nettoyage des surfaces : Il s’agit de l’élimination de la saleté et des impuretés, y compris des microorganismes. Le nettoyage seul ne tue pas les microorganismes, mais en les éliminant en partie, cela diminue leur nombre et donc les risques de propager l’infection.

Source : www.inspq.qc.ca

Découvrez d'autres articles de notre blog

Salon coiffure désinfection Liquid Guard®
15
.
09
.
21

Covid-19 : un salon de coiffure protégé des microbes pour un an grâce à un désinfectant permanent

À Étupes, le salon de coiffure Element Hair est débarrassé des microbes pour un an. Le salon a été traité avec un désinfectant permanent - inventé par un labo allemand - qui tue virus et bactéries. La société erbatonne 2C Environnement est la seule agréée dans l’Est pour son application.

Lire l'article