Une solution innovante
au service de l'hygiène

Liquid Guard® : des performances inégalées grâce aux nanotechnologies.

Inspiré de la nature

Les propriétés étonnantes des nano piliers

Les ailes des libellules et des cigales sont naturellement protégées contre les bactéries et leur prolifération. En effet, ces ailes portent de minuscules structures tueuses de bactéries : les nano piliers. Ces nano piliers, d’un diamètre de 0,1 à 0,2 nm (nanomètre) peuvent déformer et pénétrer l’enveloppe de la bactérie. Au contact de la bactérie, des protéines sont produites en grande quantité, ce qui ralentit la prolifération bactérienne et la formation de biofilms (amas de cellules bactériennes). Pour rappel, 1 000 000 nm = 1 mm. Ces nano piliers sont donc entre 5 et 10 millions de fois plus petits qu’un millimètre. C'est en s'inspirant de ce procédé naturel exceptionnel qu'a été créée la technologie du revêtement de surfaces Liquid Guard®.

Désinfectant anti-covid longue durée s'inspirant des libellules et de la nature

Les nanotechnologies sans nanoparticule

Des technologies au croisement de plusieurs disciplines

La composition et le procédé de Liquid Guard® ne font pas appel aux technologies des nanoparticules. Les nanotechnologies sont utilisées pour la composition de l'architecture moléculaire unique en son genre obtenu à la solidification du produit (pointes).  La très lente abrasion du produit Liquid Guard® va relâcher 100% de substances inertes et sans danger : principalement des molécules de silice (SiO2), un des principaux composants du sable (silicium), de gaz carbonique (CO2) et d'eau (H2O). Cette parfaite maîtrise de la technologie garantie l'absence de risque pour la santé humaine et l'environnement.

Les nanosciences et la nanotechnologie sont la révolution technologique et scientifique d'aujourd'hui, comme l'a été la microtechnologie, avec les microprocesseurs et les micro-ordinateurs, dans les années 1970-1980. Les nanotechnologies et les nanosciences sont l'étude, la fabrication et la manipulation de structures, de dispositifs et de systèmes matériels à l'échelle de moins d'une quarantaine de nanomètres (pour rappel, 1 000 000 de nanomètres = 1 millimètre). Les nanosciences et les nanotechnologies sont au croisement de plusieurs disciplines scientifiques comme l'électronique, la mécanique, la chimie, l'optique, la biologie qui manipulent des objets d'une taille de l'ordre du nanomètre.

Scientifique démontrant la protection anti-covid du désinfectant de surface permanent, bio et écologique

Un nanomètre (10-9 m, ou nm), du préfixe nano qui signifie nain en grec, correspond environ à la distance entre deux atomes. À titre de comparaison, une molécule d’eau mesure 0,1 nm, le diamètre de l’ADN est de 2 nm et celui d’un virus varie selon les espèces entre 30 et 200 nm. Même si l’existence des nanotechnologies est encore récente, cet univers infinitésimal fait déjà partie de notre quotidien. Les nanomatériaux – qui par définition sont des matériaux contenant au moins 50% de nanoparticules – sont largement utilisés, à l’image des nanotubes de carbone exploités dans les domaines de l'électronique, du textile ou de la construction. Il s’agit de feuillets de graphène (arrangement d’atomes de carbone dérivé du graphite) enroulés en un tube d'un diamètre interne de l'ordre du nanomètre. Cet arrangement offre aux nanotubes des propriétés étonnantes : ils seraient cent fois plus résistants et six fois plus légers que l'acier, et 70 fois plus conducteurs que le silicium.  

image 3D de graphène
la biologie humaine et les technologies

Applications médicales

Bien sûr, la santé et la médecine n’échappent pas à cette dynamique où les enjeux sont considérables. La biologie humaine, régie par des phénomènes moléculaires, est un des domaines d’application les plus prometteurs des nanotechnologies. Elles permettent en effet de structurer des assemblages moléculaires destinés à interagir, traiter ou reconstituer un tissu ou un organe particulier dans le corps humain. Ces outils permettent aussi de miniaturiser des dispositifs qui seront des aides sans précédent pour le diagnostic in ou ex vivo.

Source : INSERM

Comment fonctionne Liquid Guard® ?

Un procédé mécanique innovant

Le revêtement Liquid Guard s'inspire donc des nano piliers, et s'appuie sur les nanosciences pour proposer une solution de désinfection innovante basée sur un procédé mécanique, là où la majorité des désinfectants classiques utilisent un procédé chimique. Le nano revêtement Liquid Guard® est constitué de deux couches différentes de produits. La première agit comme fixateur tandis que la seconde, contenant le traitement antimicrobien, dépose sur les surfaces un film invisible. Ce film, en durcissant, va permettre la mise en place d'une architecture moléculaire pour former des milliards de petites pointes nanoscopiques. Les membranes cellulaires des agents pathogènes explosent instantanément au contact de ces pointes comme le ferait un ballon de baudruche au contact d'une aiguille à coudre. Ce phénomène est amplifié par l'ionisation positive d'atomes d'azote présent dans la structure moléculaire des pointes. La charge positive des atomes d'azote attire les membranes cellulaires des virus et bactéries, chargées elles négativement, et les détruit en les perforant. Ce processus physique agit continuellement pendant plus d'une année, sans intervention humaine.

Vous êtes intéressé ?
Contactez-nous.

Transporteurs, acteurs du service public, sociétés de la grande distribution, de l’hôtellerie, du secteur de la santé ou encore professionnels du secteur de propreté, les enjeux de santé publique vous concernent. Profitez dès maintenant de notre traitement de surfaces antimicrobien Liquid Guard®.

Transporteurs, acteurs du service public, sociétés de la grande distribution, de l’hôtellerie, du secteur de la santé ou encore professionnels du secteur de propreté, les enjeux de santé publique vous concernent. Profitez dès maintenant de notre traitement de surfaces antimicrobien Liquid Guard®.

Nous contacter