< tous nos articles
Date de publication :
16
.
06
.
21

La contamination à l’intérieur est-elle beaucoup plus forte ?

Bientôt s’ouvre à nous la possibilité de profiter de l’intérieur des restaurants, mais comment savoir si les risques sont plus importants ?

Les repas partagés en famille ou entre amis, à domicile ou au restaurant sont les situations les plus à risque de transmission du covid, selon les résultats de l’étude ComCor menée par l’Institut Pasteur. Les contaminations ont principalement lieu à la maison ou dans les bars et restaurants.

Le temps passé dans un espace clos serait le principal facteur de risque de contamination en intérieur, selon des chercheurs américains qui ont créé un site internet de calcul de risque dans différents types de lieux.

Les chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT) se sont demander comment limiter la transmission du Covid en intérieur. Dans une étude qu’ils publient dans le journal scientifique PNAS le 13 avril, ils établissent un "guide des bonnes pratiques" pour diminuer les risques de contamination.

Leurs directives suggèrent de fixer une limite de temps d’exposition, mesurée en fonction du nombre de personnes, de la taille de l’espace clos, du port ou non de masques et du taux de ventilation naturelle et mécanique.

Pour établir ce guide, les chercheurs se sont appuyés sur des exemples bien connus et déjà bien étudiés depuis le début de la crise sanitaire : le paquebot de croisière Diamond Princess, le car de Ningbo en Chine, dans lequel un malade asymptomatique a contaminé un tiers des passagers, ou encore la Skagit Valley Chorale de l’Etat de Washington, où 86 % des participants ont été infectés pendant une répétition de deux heures.

Les chercheurs ont ensuite construit des modèles mathématiques pour savoir en combien de temps une nouvelle personne contracte le virus dans un espace clos si une personne infectée y pénètre.

Leur analyse repose sur le fait que la transmission du Covid par voie aérienne, via les minuscules gouttelettes qui restent en suspension dans l’air pendant de longues périodes, joue un rôle majeur dans la propagation du virus.

Sans masque, ces gouttelettes sont plus nombreuses qu’avec. Et leur nombre augmente si les personnes parlent, chantent ou mangent.

Selon ces modèles, le temps doit aussi être aussi pris en compte comme une variable primordiale. Mais d’autres variables comme l’activité pratiquée (chanter, parler, faire de l’exercice…) rentrent en ligne de compte.  

Pour que leurs modèles s’appliquent aux salles de classe, aux restaurants, aux lieux de culte, aux bureaux, aux avions de ligne par exemple, ils ont créé un site internet, indoor-covid-safety.herokuapp.com, qui permet de calculer le temps maximum à passer dans chaque lieu.

Au restaurant, deux heures pour 10 personnes

Par exemple, une salle de classe remplie d’enfants de moins de 15 ans qui parlent mais qui portent un masque devrait être sûre pour 25 personnes pendant 38 heures avec le variant britannique.

Dans un restaurant où des adultes de 15 à 64 ans parlent sans masque : l’espace serait sûr pour 10 personnes pendant deux heures mais pour 25 personnes pendant 51 minutes et pour 100 personnes pendant seulement 15 minutes.

Enfin, une église où des personnes de plus de 65 ans chantent sans masque est sûr pour 10 personnes pendant sept minutes, pour 25 personnes pendant quatre minutes et pour 100 personnes pendant deux minutes seulement.

Source : www.allodocteurs.fr

Découvrez d'autres articles de notre blog

Désinfection pour protéger les clients des restaurants
16
.
06
.
21

Faudra-t-il des cabines de désinfection pour protéger les clients au restaurant ?

Les Français pourront enfin s'attabler dans un restaurant et retourner faire du shopping. Le Medef, notamment, compte sur cette reprise d'activité et est prêt à miser sur de nouvelles technologies pour que le calendrier des réouvertures ne soit pas revu par l'Etat.

Lire l'article